image page contact Imad image page contact Imad
Projets éducatifs et solidaires
Latifa Ibn Ziaten
Notre action
Projets éducatifs et solidaires
L’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix organise des chantiers et des voyages éducatifs qui sont l’occasion pour certains jeunes en difficulté de (re)découvrir le sens de l’entraide, du dialogue et de la collaboration. Elle agit également auprès des femmes seules ou fragilisées par le terrorisme. Pour les projets avec des adolescents, les adultes encadrent les participants avec bienveillance et fermeté. Ils les encouragent à ne pas « décrocher » et à prendre activement leur place au sein d’une société d’où ils se sentent souvent exclus. Cela passe par un rappel des valeurs républicaines, dans lesquelles certains ne se reconnaissent pas ; c’est là que guettent les dangers du repli identitaire. Parce qu’elle est consciente de l’aggravation des inégalités, de ce fossé qui se creuse entre les quartiers difficiles et le reste des zones urbaines et périurbaines, menaçant de déchirer le tissu social, Latifa Ibn Ziaten estime que chacun de nous doit aujourd’hui faire face à des interrogations que l’on préfère parfois éviter, redéfinir ses repères et tenter de désamorcer les tensions qui traversent notre société et la fragilisent. Ces facteurs de tension, chacun les connaît. La société française est en constante évolution, mais la France doit rester elle-même : un pays dont la devise témoigne d’un esprit d’ouverture et de tolérance que nous devons préserver. Tous les enfants de France, quelle que soit leur histoire, quelle que soit leur origine, quelles que soient leurs croyances, sont les filles et les fils de la République. Ils doivent être reconnus comme tels. C’est par notre capacité à faire vivre l'égalité des chances que nous redonnerons toute sa vitalité à notre cohésion nationale. À travers l’association, Latifa Ibn Ziaten voudrait que, à l’issue de chaque expérience, les jeunes puissent continuer à partager les valeurs du vivre-ensemble et comprennent le sens du respect dû à la personne humaine, par-delà les différences. Tous les projets présentés ici sont l’expression de ce que veut être l’association IMAD : un ensemble d’actions menées en faveur de la jeunesse d’abord, mais également des femmes fragilisées par le terrorisme et, plus largement, des familles, une force au service de la paix.
L’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix organise des chantiers et des voyages éducatifs qui sont l’occasion pour certains jeunes en difficulté de (re)découvrir le sens de l’entraide, du dialogue et de la collaboration. Elle agit également auprès des femmes seules ou fragilisées par le terrorisme.Pour les projets avec des adolescents, les adultes encadrent les participants avec bienveillance et fermeté. Ils les encouragent à ne pas « décrocher » et à prendre activement leur place au sein d’une société d’où ils se sentent souvent exclus. Cela passe par un rappel des valeurs républicaines, dans lesquelles certains ne se reconnaissent pas ; c’est là que guettent les dangers du repli identitaire. Parce qu’elle est consciente de l’aggravation des inégalités, de ce fossé qui se creuse entre les quartiers difficiles et le reste des zones urbaines et périurbaines, menaçant de déchirer le tissu social, Latifa Ibn Ziaten estime que chacun de nous doit aujourd’hui faire face à des interrogations que l’on préfère parfois éviter, redéfinir ses repères et tenter de désamorcer les tensions qui traversent notre société et la fragilisent.
Ces facteurs de tension, chacun les connaît. La société française est en constante évolution, mais la France doit rester elle-même : un pays dont la devise témoigne d’un esprit d’ouverture et de tolérance que nous devons préserver. Tous les enfants de France, quelle que soit leur histoire, quelle que soit leur origine, quelles que soient leurs croyances, sont les filles et les fils de la République. Ils doivent être reconnus comme tels. C’est par notre capacité à faire vivre l'égalité des chances que nous redonnerons toute sa vitalité à notre cohésion nationale. À travers l’association, Latifa Ibn Ziaten voudrait que, à l’issue de chaque expérience, les jeunes puissent continuer à partager les valeurs du vivre-ensemble et comprennent le sens du respect dû à la personne humaine, par-delà les différences. Tous les projets présentés ici sont l’expression de ce que veut être l’association IMAD : un ensemble d’actions menées en faveur de la jeunesse d’abord, mais également des femmes fragilisées par le terrorisme et, plus largement, des familles, une force au service de la paix.
2019
Projet éducatif et solidaire : «Ensemble avec Imad»
Le 1er mars 2019, dix élèves scolarisés au lycée Ferdinand Buisson d’Elbeuf sont partis au Maroc avec pour mission la mise en place des bibliothèques ouvertes cette année par l’association IMAD dans la région de M’diq, ainsi que l’installation du matériel informatique sur les sites concernés. Ils ont travaillé à la vérification des contenus des livres et à leur classification, rendue ensuite visible sur les étagères. Ils ont travaillé à équiper chaque ouvrage d’une étiquette témoignant de l’action menée et du rôle joué cette année par le lycée Ferdinand Buisson et l’association IMAD dans la mise en place de ce projet. Sous l'égide de leurs encadrants, les jeunes ont été responsables de la bonne livraison des bibliothèques afin qu’elles soient opérationnelles dès notre départ. Ils ont effectué un véritable travail de bibliothécaire, minutieux, technique, permettant par la suite une utilisation optimale des nouveaux équipements. L’association IMAD a souhaité aussi innover cette année, en organisant une action culturelle et artistique de grande ampleur. L’idée était d’associer les jeunes de M’diq et de sa région à la réalisation d’une fresque qui pourrait agrémenter une façade ou une cour des écoles partenaires, cette réalisation pouvant créer un sentiment de fierté collective, associé aux bienfaits de l’action culturelle et sociale.
Voir plus
Voir plus
2016
«École de la lecture» dans le lycée qualifiant Dar Salem à Melloussa.
Face au désœuvrement et à l’ennui qui peuvent rapidement conduire les jeunes à devenir des cibles pour les délinquants, la lecture est aussi un remède que l’association entend appliquer. Dans cette perspective, l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix a inauguré, le 28 décembre 2016 au lycée Dar Salem à Melloussa (Maroc), une bibliothèque scolaire comprenant plus de 1700 livres écrits ou traduits en français. À terme, nous aimerions multiplier les points d’accès au livre, afin de créer une vraie dynamique autour de cette activité bénéfique à tout point de vue.
Voir plus
Voir plus
2017
«Maison Digitale» à la maison d'arrêt pour femmes de Mulhouse
Ce projet concerne les femmes incarcérées en maison d’arrêt à Mulhouse. L’objectif de la Maison Digitale est de lutter contre l’exclusion des femmes, en leur offrant une formation facilitant l’accès au travail. Parce qu’elle leur donne les moyens de leur indépendance financière, une telle mesure ne peut que favoriser leur réinsertion à l’issue de leur peine. Elle participe également à consolider ou à restaurer chez ces femmes souvent sans diplômes la confiance et l’estime de soi, tout en développant les compétences dans l’usage des outils numériques. Plus l’éducation et la formation professionnelle progressent, plus le spectre de la radicalisation recule.
Voir plus
Voir plus
2018
Travailler ensemble pour mieux vivre ensemble.
Intégrant la découverte d’une culture traditionnelle et la rencontre avec l’autre à travers la participation à un chantier, ce séjour avait un double objectif : provoquer une rupture avec la spirale de l’échec dans laquelle certains jeunes se trouvent pris, avec son cortège de déceptions et de désespoir, et entrer dans un cercle vertueux, favorisant la réussite et le rétablissement de l’estime de soi. Une vingtaine de jeunes en difficulté, issus d’un milieu social défavorisé et scolarisés à l’École de la deuxième chance ou à l’EPIDE, ont passé quinze jours au Maroc, durant lesquels ils ont participé aux travaux de restauration du musée proche de la synagogue, à Figuig. Initialement, nous souhaitions restaurer la synagogue, dont l’état général aurait nécessité un budget hors de notre portée.
Voir plus
Voir plus
2017
Réussir ailleurs, autrement.
Les voyages forgent la jeunesse : on apprend, pour revenir soi-même transformé, comme si la différence côtoyée avait marqué chacun durant son passage. À l’initiative de ce projet, Stéphanie et Victoria, Françaises parties s’installer en Chine afin d’exercer leur profession dans le domaine diplomatique et celui des finances. Sur place, elles ont trouvé une communauté française très soudée et se sont fait la réflexion que cette solidarité n’existait pas entre Français sur le sol français. Cinq établissements scolaires ont été nos partenaires dans cette aventure : le collège Diderot du Petit-Quevilly, le collège Jean Lurçat de Sarcelles, le collège Paul Eluard de Garges-lès-Gonesse, le collège Vallon des Pins de Marseille, le lycée des métiers Louise-Michel à Épinay-sur-Seine;
Voir plus
Voir plus
2017
De Jérusalem à l’Élysée
Nous avons réalisé un échange entre les jeunesses israélienne, palestinienne et française. L’objectif était d’amener des jeunes Israéliens, Palestiniens et Français, de confessions différentes à se rencontrer en France, et de montrer qu’ils peuvent créer entre eux des liens, dans un autre pays que le leur. Nous nous sommes rendus en différents lieux de culte : dans une synagogue, à la grande mosquée de Paris, la cathédrale Notre-Dame. Nous avons visité l’Institut du monde arabe et le mémorial de la Shoah.
Voir plus
Voir plus
2016
Femmes unies pour l’avenir, 2e volet.
Ce projet a réuni une délégation de femmes françaises de confessions et de cultures différentes, mères au foyer, cheffes d'entreprises, élues, militantes associatives ou politiques, juristes ou enseignantes, représentant plusieurs régions de France. De Marrakech à M’diq en passant par Tanger, elles sont parties pendant dix jours à la découverte de l'action de la femme marocaine au plus proche des citoyens, dans les milieux associatif, économique et politique, artistique aussi. Styliste, mannequin, femme politique, chanteuse, nous avons rencontré des Marocaines qui s’affirment. Ces femmes engagées et courageuses agissent dans des champs parfois très difficiles. Bousculant les codes, elles libèrent la parole des opprimé(e)s, de celles et ceux qui sont oublié(e)s de la société ; elles accompagnent le développement économique de nombreux porteurs de projets.
Voir plus
Voir plus
2015
Femmes unies pour l’avenir.
Ce projet a été proposé à des femmes marocaines vivant au Maroc, touchées par le terrorisme, ayant perdu un conjoint, un enfant ou un proche. Durant leur séjour à Paris, elles ont découvert le patrimoine culturel français et rencontré d’autres femmes victimes d’attentats terroristes, avec qui elles ont pu échanger à ce sujet. Au contact les unes des autres, ayant connu des parcours de vie semblables, elles ont pu dépasser leur statut de victime pour envisager leur avenir tourné vers des intérêts nouveaux.
Voir plus
Voir plus
2015
Le berceau de trois religions.
Prolongeant sa collaboration avec le collège de Sarcelles, l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix a organisé un voyage en Israël et en Palestine, où la cohabitation est souhaitée par une bonne partie de la population qui la vit déjà, en pratique, à travers des mariages mixtes, des relations commerciales ou tout simplement de bon voisinage entre personnes de confessions différentes.
Voir plus
Voir plus
2014
À chacun sa chance : échanger, partager, persévérer.
Encouragés par l’expérience extrêmement positive du projet réalisé en 2013, nous avons accueilli au mois de mars 2014, en France, un groupe de lycéens marocains issus de milieux défavorisés, peu motivés par les études, résignés à mener une vie dépourvue de perspective. Durant leur séjour, ils ont rencontré les collégiens de Sarcelles et découvert le patrimoine culturel français. Suite à ce voyage réalisé par les étudiants et leurs professeurs du lycée la Koutoubia à Marrakech, la présidente de l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix, ainsi que trois de ses membres, ont été invités en avril 2014 dans l’enceinte du lycée, afin de réaliser un bilan sur ce projet avec les élèves et de rencontrer les parents, membres de l’association des parents d’élèves.
Voir plus
Voir plus