À chacun sa chance : échanger, partager, persévérer.
Du 15 au 24 mars 2014 : France
Facebook de Latifa Ibn Ziaten Twitter de Latifa Ibn Ziaten Mail de Latifa Ibn Ziaten
Encouragés par l’expérience extrêmement positive du projet réalisé en 2013, nous avons accueilli au mois de mars 2014, en France, un groupe de lycéens marocains issus de milieux défavorisés, peu motivés par les études, résignés à mener une vie dépourvue de perspective. Durant leur séjour, ils ont rencontré les collégiens de Sarcelles et découvert le patrimoine culturel français. Suite à ce voyage réalisé par les étudiants et leurs professeurs du lycée la Koutoubia à Marrakech, la présidente de l’association IMAD pour la Jeunesse et la Paix, ainsi que trois de ses membres, ont été invités en avril 2014 dans l’enceinte du lycée, afin de réaliser un bilan sur ce projet avec les élèves et de rencontrer les parents, membres de l’association des parents d’élèves.
Latifa Ibn Ziaten Latifa Ibn Ziaten
Afin de préserver un lien avec les jeunes Marocains et les encourager à ne pas abandonner leurs études, Latifa Ibn Ziaten a pris l’initiative de promettre à ceux qui réussiraient leurs examens de les convier une semaine au nord du Maroc pour les vacances estivales. Onze jeunes ont ainsi pu profiter, au mois d’août, d’une semaine de détente dans la station balnéaire de M’diq. Une majorité d’entre eux découvrait le nord du Maroc et en particulier la ville de Tétouan, dont ils ont pu apprécier la diversité culturelle et historique ainsi que l’héritage artisanal et les valeurs traditionnelles, grâce à la présence d’un guide qui les a accompagnés durant leurs visites. Ce fut pour eux l’occasion d’observer les disparités culturelles existant au sein de leur propre pays, l’unicité étant assurée d’abord par la langue arabe, qui rassemble le peuple marocain. Cette semaine riche de partage, d’ambiance musicale et de convivialité a joliment clôturé le projet initié au printemps. Invités à vivre des situations nouvelles à dominante éducative, les participants se sont trouvés extraits de leurs schémas quotidiens et prêts à s’ouvrir à l’autre, à travers la collaboration et le partage des tâches quotidiennes.