Latifa Ibn Ziaten Latifa Ibn Ziaten
Promotion des valeurs républicaine
Latifa Ibn Ziaten
Nos objectifs
Affirmer et partager avec les jeunes les valeurs de la République
Liberté
«Démarrez votre moteur, ayez confiance en vous, allez de l’avant.» C’est par ces mots que Latifa Ibn Ziaten incite les jeunes qu’elle rencontre à se saisir d’une liberté qui s’acquiert en prenant son destin en main, en étant déterminé à s’épanouir et obstiné à y parvenir.

La France offre à tous l’opportunité de poursuivre cet objectif ; il appartient à chacun de tout mettre en oeuvre pour l’atteindre, pour faire de sa vie un chemin heureux, dans un esprit positif, pour soi et pour son entourage, au sein d’un cadre légal protecteur. Beaucoup de pays n’offrent malheureusement pas cette chance à leurs concitoyens.

Parce qu’elle a été acquise au prix de nombreux sacrifices et souffrances, cette liberté est précieuse. Elle génère le champ des droits et des devoirs de chacun. Pour la préserver, il faut l’exercer, chaque jour et, surtout, ne jamais la considérer comme acquise.
Égalité
Contre vents et marées, Latifa Ibn Ziaten se bat pour que l’égalité soit effective dans le pays où elle vit, où elle s’est intégrée. Elle affirme son appartenance à la France et revendique ses origines marocaines.

C’est dans cet esprit qu’elle a élevé ses cinq enfants : nés en France, ils y ont été éduqués dans cette double culture, et instruits dans le cadre d’un enseignement laïque. Français par la naissance, ils n’ont pas à renier leurs origines pour se sentir citoyens à part entière, bénéficiant des mêmes droits et soumis aux mêmes devoirs que tous. C’est ce message, qu’elle a livré à ses propres enfants, qu’elle porte à tous les jeunes de France qu’elle rencontre aujourd’hui.

Il y a sur ce sujet un travail important à faire et l’association IMAD œuvre dans ce sens, en tendant la main à des jeunes Français d’origines diverses, dont beaucoup ne se sentent pas en droit de revendiquer leur appartenance à ce pays qui est pourtant le leur.

L’égalité sera réelle lorsque toutes les barrières issues des peurs liées aux origines de personnes “étrangères” auront été levées. Le racisme, le rejet des moeurs et coutumes de l’autre sont une source de conflits qui ne se tarira que par le dialogue et la volonté, de part et d’autre, de mieux se connaître et de se respecter.
Fraternité
C’est le plus beau mot de la devise républicaine et celui qui est mis le plus à mal. Appliquer ce principe de fraternité, c’est prendre soin de l’autre.

Quand Latifa Ibn Ziaten rencontre des enseignants, des animateurs qui oeuvrent auprès des jeunes, elle les invite à réfléchir à cette notion : il y a certes un programme à respecter, des objectifs à atteindre, mais il y a surtout des rapports humains à établir, des relations de confiance à tisser, un soutien à apporter qui, tous, renvoient à cette notion de fraternité. Il faut donner de son temps pour que ce lien s’établisse.

Être fraternel, c’est se remettre en question et aller vers l’autre sans a priori, sans tabous, sans peurs et établir ce qu’il y a de plus précieux : l’échange entre deux êtres humains qui se regardent et vivent intensément le cadeau de la vie.